Alimentation et Deuil

Alimentation et Deuil


Je suis Sophie Gidrol, Palliatothérapeute et je vois tous les jours des endeuillés en consultation.
Le deuil a des impacts émotionnels mais aussi sur leur sommeil, de leur corps (sensibilité à la lumière, au bruit, migraine, problème de concentration, maux de dos ), mais aussi sur leur alimentation.

On voit combien le langage nous met en lien avec notre alimentation :
Quand la pastille est dure à avaler...
Lorsque c'est un peu trop fort de café... ça ne passe pas…
Ça me reste sur l’estomac !

Il est ooh combien normal qu’une étape de vie aussi douloureuse et dévastatrice aies des répercussions aussi sur notre alimentation !
Il est normal de ne plus avoir faim, de ne plus avoir la force de se faire à manger (encore plus lorsqu’on est seul à table), de se faciliter la vie en grignotant devant la télévision…
Vous êtes un être humain fatigué/épuisé par toutes les vagues de sentiments qui vous submergent régulièrement au sein d’une même journée… alors, manger, franchement n'est pas votre préoccupation principale !
Cela peut être même vécu comme si superficiel, il y a tellement plus grave… oui en effet, il y a plus grave ! Mais votre voiture sans essence n’irait nulle part… votre corps à vous, a besoin de carburant…

Pensez simpliité :
- Boire de l’eau. Votre gourde peut être votre alliée : vous pouvez à l’aide d’un marqueur écrire une phrase qui vous fait du bien comme « un jour après l’autre », « pas à pas »
- Un œuf au plat, des légumes crus, des graines (noix, noisettes, baies de goji, graines de chia, de courges….)

Puis, petit à petit, essayer de mettre votre couvert, de passer à table pour reprendre de bonnes habitudes… là aussi, ça prend du temps !
Soignez-vous, en variant la couleur de vos assiettes, ou pensez à mettre une fleure dans un soliflore à la place de votre aimé…

Ça va revenir, mais un pas après l’autre… Patience sur ce thème-là aussi !
Image

© 2023 Flex. All Rights Reserved. Powered by Aplikko