Il faut tout un hiver...

Il faut tout un hiver...


La notion de temps, de process est primordiale dans ces étapes de vie.

Pouvoir comprendre la situation, pas seulement la vivre, ou l’écouter mais la faire sienne en la comprenant, puis petit à petit en s’autorisant à se questionner puis à formuler ses interrogations, ses doutes…

La vivre est de l’ordre de l’endurance, de la lutte pour surmonter un nouvel obstacle.

La comprendre permet un positionnement actif, un ancrage, aussi une réflexion, une ouverture sur l’avenir.

C’est pour quoi, il est important que le patient, sa famille est cet espace, cette écoute bienveillante et engagée. Ça n’arrive pas d’un claquement de doigt, il faut du temps de la confiance avec l’équipe médicale ou soignante mais une fois créer, ce lien est précieux.

Il m’est apparu que de créer « d’un temps à l’autre » pourrait permettre cet espace-temps. Cette traduction, cette facilitation pour les proches qui vivent le chamboulement de la maladie, de la fin de vie, du décès et du deuil.

On voit combien dans le deuil la notion de patience avec soi, mais aussi de drainer ses sentiments complexes, lourds et ambivalents permettent de prendre soin de son chemin de deuil, de son processus de cicatrisation… « Il faut tout un hiver pour bercer un printemps ! »


© 2023 Flex. All Rights Reserved. Powered by Aplikko